Fruit du prunus

Sommaire

Souvent confondu avec le cerisier dont il est très proche, le prunus émet chaque printemps un petit fruit noir au goût puissant. Mais tous les fruits de prunus ne sont pas comestibles. Quelques astuces pour mieux se repérer dans les différentes espèces.

Caractéristiques du prunus

Le prunus, à tort considéré comme un arbre à part entière, regroupe en fait quelque 200 espèces d’arbre.

Le prunus appartient à la famille des rosacées, comme les abricotiers, les pruniers, pêchers, cerisiers, amandiers… autant d’arbres qui produisent, pour la plupart, des fruits à noyaux, de taille plus ou moins importante.

Il possède les caractéristiques suivantes :

  • Les prunus se plaisent sous des températures douces, en climats méditerranéens non écrasés de soleil et sur les cotes atlantiques.
  • Les fleurs de prunus produisent chaque printemps, entre avril et juin, des délicates fleurs rose pâle à 5 pétales.
  • Ses fleurs peuvent aller du vert intense au pourpre en automne.

Bon à savoir : certaines espèces ornementales issues de la famille des rosacées, n’émettent pas de fruits. Tel est le cas du cerisier du Japon, du laurier palme et du laurier cerise (qui s’avère particulièrement toxique).

Fruit du prunus : présentation

Le fruit du prunus a les propriétés suivantes :

  • Le fruit, noir à maturité, est semblable à une petite olive.
  • Les fruits des prunus sont appelés des drupes.
  • Il peut être dégusté fraîchement cueilli mais révèle en bouche une âpreté assez désagréable.
  • Certains cuisiniers l’apprécient en gelées et confitures.

Méfiance avec les fruits verts !

Le fruit du prunus, bien que comestible, est hautement toxique lorsqu’il est consommé encore vert.

À cette étape de sa croissance, le noyau, la tige, les feuilles sont particulièrement nocives. La consommation de la pulpe, moins dangereuse, n’est toutefois pas recommandée non plus.

Du cyanure dans l’organisme

Les drupes encore vertes contiennent en très grande quantité une substance assimilée par l’organisme et transformée en cyanure.

Le cyanure, répandu alors dans l’organisme, altère l’oxygénation des cellules et peut entraîner la mort.

Les premiers signes d’une intoxication sont essentiellement nerveux : vertiges, confusions, délires, spasmes et convulsions…  

Les herbivores sont les premiers concernés par l’ingestion des drupes toxiques. Vaches, chiens peuvent déclarer de violents vomissements ou des diarrhées après une consommation des fruits du prunus. Une consommation plus importante peut engendrer des problèmes beaucoup plus graves et irrémédiables également chez les animaux.

Bon à savoir : la curiosité des enfants pousse parfois ces derniers à consommer sans vigilance quelques drupes, pensant déguster des cerises. L’ingestion de 4 à 5 baies est sans gravité à condition de bien hydrater l’enfant en le faisant boire plusieurs verres d’eau dans les heures suivantes.

Ces pros peuvent vous aider