Bio-indicateurs

Écrit par les experts Ooreka

Maja Dumat/CC BY 2.0/Flickr

Les bio-indicateurs sont des êtres vivants qui, par leur observation, peuvent nous donner des informations importantes sur l'état de la nature qui nous entoure.

Leur observation remplace des méthodes plus lourdes d'analyse du sol et de l'air, et nous permet d'orienter nos interventions. Les plantes sont notamment très utiles pour nous indiquer l'état du sol des jardins. Découvrons ensemble les bio-indicateurs.

Qu'est-ce qu'un bio-indicateur ?

Un bio-indicateur est une espèce, animale ou végétale, dont la présence, ou l'absence, donne des renseignements sur le milieu dans lequel elle se trouve. Ces renseignements peuvent être d'ordres écologiques et environnementaux.

Certaines plantes sont, par exemple, de bons bio-indicateurs car leurs graines ne germent que dans des conditions précises (température, pH, hygrométrie, présence de certaines substances...). Un des bio-indicateurs les plus connus est le lichen, qui donne des informations sur l'état de pollution de son milieu.

Bio-indicateurs : quel est leur rôle ?

Au jardin, nous n'avons que peu d'informations sur l'état de notre sol car nous ne pouvons analyser que ce qui est en surface, et visible à l'œil nu. Les plantes bio-indicatrices sont le reflet de ce qui se passe dans notre sol. Elles nous informent sur :

  • la pollution du sol ;
  • la vie microscopique et macroscopique sous la surface du sol ;
  • la composition du sol, les carences et les excès ;
  • son état de compactage.

Ses informations sont d'autant plus importantes qu'il faut connaître son sol avant d'agir. Ainsi, on ne place pas son potager sur une terre polluée où les légumes cultivés seront mauvais à consommer.

De la même manière, on ne fait pas un apport d'azote dans une terre qui en est déjà trop riche. Les plantes bio-indicatrices permettent d'orienter nos pratiques de jardinage pour obtenir un meilleur sol, sans avoir à passer par des méthodes plus longues et coûteuses d'analyse du sol.

Pour diagnostiquer un sol, il est important d'observer toutes les espèces présentes ainsi que leur abondance. Une plante doit être présente en grande quantité (> 15 % de la surface) pour être bio-indicatrice, elle doit être dominante par rapport aux autres plantes qui l'entourent.

Quelques exemples de plantes bio-indicatrices de nos jardins

La renouée du Japon, indicatrice de sols pollués aux métaux lourds :

  • Cette plante envahissante a été introduite en Europe, d'abord comme plante fourragère, puis comme plante ornementale sans grand succès.
  • Au milieu du 20ème siècle, la renouée du Japon refait son apparition sans avoir été à nouveau introduite.
  • Son milieu de vie d'origine correspond à un sol riche en fer et en nickel.
  • En France, elle pousse dans les sols pollués par toutes sortes de métaux lourds, notamment sur les anciennes voies ferrées.

Liseron des champs et excès d'azote :

  • Cette Convolvulacée aux belles fleurs blanches ou roses est très fréquente au jardin.
  • Le liseron des champs recouvre les sols lourds et compacts riches (trop riches) en azote.
  • Il indique un excès de fertilisation du potager, de même que le liseron des haies, la chélidoine ou la grande ortie.

Mouron blanc et plantain lancéolé, des indicateurs d'un sol de qualité : si vous observez du mouron blanc ou du plantain lancéolé dans votre jardin, c'est très bon signe. Le sol est bien équilibré chimiquement, et suffisamment aéré pour permettre la vie du sol, nécessaire à un bon équilibre.

La capselle bourse à pasteur, un sol trop compact :

  • La capselle bourse à pasteur, de la famille des Brassicacées, est facile à identifier par la forme de ses fruits.
  • Elle permet aux néophytes d'identifier un sol trop compact, qui a été tassé au fil du temps par un passage répété de machines ou par un piétinement.

Pour approfondir :

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Ces pros peuvent vous aider


Produits


Liens rapides