Ortie dioïque

À jour en Février 2024

Écrit par les experts Ooreka

Jean Guérin / CC BY-NC-SA 2.0 / Flickr

L'ortie dioïque est l'ortie commune, que l'on redoute à cause de ses brûlures. On peut la cultiver si l'on souhaite profiter de toutes ses vertus. Découvrons  ses caractéristiques, son mode de culture et ses différentes utilisations.

Ortie dioïque : caractéristiques

L'ortie dioïque (Urtica dioica) bien connue sous le nom de grande ortie appartient à la famille des Urticacées. C'est une plante herbacée, vivace, originaire d'Eurasie. Elle est largement répandue sur une grande partie de la planète, et plus particulièrement dans toutes les régions à climat tempéré.

La grande ortie est aussi appelée ortie commune. Elle est considérée comme une adventice (mauvaise herbe). Elle se développe naturellement et à profusion le long des chemins et des fossés. Grâce à ses longs rhizomes, elle peut très vite former de véritables tapis. Il faut aussi savoir qu'une seule tige sectionnée donne naissance à de nouveaux pieds d'ortie dioïque sous forme de rejets latéraux.

La grande ortie peut, adulte, atteindre une hauteur de près de 1,60 m. Elle porte des tiges dressées qui ne sont pas ramifiées.

Son feuillage est composé de feuilles opposées sur un même nœud, lancéolées et relativement étroites, aux bords dentés, de forme ovale et d'un vert assez foncé. La grande ortie est un végétal dont les tiges et les feuilles sont dotées de poils souples et fins, mais également de poils urticants.

Ses fleurs blanc verdâtre de toute petite taille sont regroupées en petites boules et en grappes. Elles sont unisexuées. Autrement dit, chaque pied d'ortie dioïque porte soit des fleurs femelles, soit des fleurs mâles. Il est très facile de distinguer le pied femelle du pied mâle : la grande ortie femelle possède des grappes de fleurs à port retombant alors que le pied mâle porte des grappes de fleurs dressées.

Enfin, les fruits de l'ortie dioïque sont des akènes ovoïdes qui ne s'ouvrent pas spontanément lorsqu'ils sont arrivés à maturité. C'est pourquoi on dit qu'ils sont indéhiscents. Ces fruits secs abritent les graines fécondées.

Bon à savoir : les poils urticants qui recouvrent les tiges et les feuilles de l'ortie dioïque sécrètent une substance responsable d'une irritation au moindre contact avec la peau.

Ortie dioïque : culture

Souvent considérée à tort comme une herbe inutile, la grande ortie présente au contraire de réels atouts. On peut donc souhaiter la cultiver dans le jardin pour des usages réguliers.

Elle a besoin d'un sol parfaitement drainé, très riche en matières organiques et assez humide.

Plantation

Commencez par diviser les racines des orties dioïques qui poussent dans votre jardin ou dans les champs et fossés avoisinants. Portez de préférence des gants lors de cette manipulation. La plantation peut avoir lieu au printemps comme en automne.

Entretien

Il est nécessaire de bien arroser les nouveaux plants durant les deux premiers mois qui suivent leur plantation.

La grande ortie n'exige aucune autre attention en particulier une fois qu'elle a bien pris racine. En revanche, n'hésitez pas à supprimer les nouveaux pieds qui se développent spontanément si vous ne souhaitez pas être envahi. En effet, dès que l'ortie dioïque se plaît dans son environnement, elle a tendance à prendre beaucoup d'ampleur et il est difficile de s'en défaire.

Astuce : réservez un coin du jardin à l'écart du passage pour cultiver l'ortie.

Ortie dioïque : une plante urticante, mais bien utile

L'ortie dioïque est une amie des jardins et une alliée gastronomique.

Au jardin

Elle constitue un véritable abri pour la petite faune, dont quelques pollinisateurs comme les papillons.

Elle est aussi largement employée comme produit traitant. En effet, le purin d'ortie représente une solution naturelle pour repousser nombre d'insectes indésirables. Mais son rôle ne s'arrête pas là puisque ce fameux purin d'ortie constitue un excellent engrais. Il apporte un taux intéressant d'oligo-éléments et d'azote aux végétaux cultivés en pleine terre, mais aussi en jardinière.

En cuisine

Enfin, la grande ortie est également utile en cuisine, car ses feuilles sont tout à fait comestibles. Elles peuvent être cuisinées comme l'épinard, par exemple. Et vous pouvez même les déguster crues à condition qu'elles soient très jeunes. Dans ce cas, il suffit de les ciseler tout simplement pour aromatiser une omelette ou les préparer en salade.

La feuille d'ortie cuite parfume agréablement les sauces à la crème fraîche et peut ainsi accompagner un saumon cuit vapeur et bien d'autres mets. Elles peuvent être ajoutées à un potage ou constituer un délicieux accompagnement en association avec du riz ou des pommes de terre.

Les feuilles de l'ortie dioïque sont riches en protéines végétales, bien pourvues en fer et elle contiennent aussi du zinc.

Bon à savoir : préférez consommer les jeunes feuilles de grande ortie qui n'a pas encore fleuri plutôt que les feuilles adultes. En effet, une fois la floraison passée, les feuilles contiennent une quantité non négligeable de cystolithes. Il s'agit de concrétions minérales très irritantes pour les voies urinaires.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Ces pros peuvent vous aider


Produits


Liens rapides