Cymbidium

Écrit par les experts Ooreka

Cymbidium en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Cymbidium

  • Nom(s) latin(s)

    Cymbidium

  • Famille

    Orchidacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,45 à 1 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol humide

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Véranda Serre froide
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les Cymbidium sont des plantes terrestres d'altitude, originaires d'Asie du Sud-Est, des îles indonésiennes et du nord de l'Australie. Il existe plus de 50 espèces à partir desquelles plusieurs milliers d'hybrides ont été créés.

La culture des Cymbidium connaît depuis le début du XXe siècle un immense succès, mais plus récemment, commercialisées à l'excès, ces orchidées ont perdu une grande part de leur prestige. Elles restent néanmoins parmi les plus cultivées en Europe et aux États-Unis. Il est rare, en effet, qu'un genre réunisse autant de qualités horticoles : une durée de floraison exceptionnellement longue (deux mois en moyenne), une végétation vigoureuse, une relative facilité de culture, une grande variété de formes, de couleurs et de tailles, ainsi qu'un prix relativement modique.

Leur floraison en milieu naturel commence à la fin de l'automne, dure tout l'hiver et jusqu'au printemps, et au début de l'été pour les plus tardives. D'une collection variée, vous pouvez attendre des fleurs pendant presque neuf mois par an, et elles tiendront de huit à dix semaines. Les épis floraux sont généralement plus hauts que le feuillage, pouvant être dressés, courbés ou pendants. Les Cymbidium produisent des pseudo-bulbes arrondis, qui peuvent atteindre la taille d'un œuf ou d'une balle de tennis. Chacun porte de huit à dix feuilles étroites de 45 à 60 cm de long. Leurs racines sont vigoureuses, épaisses et charnues.

La plupart des espèces utilisées pour créer les hybrides modernes sont originaires d'Himalaya, en Inde, quelques autres de Birmanie, du Vietnam, de Taïwan, de Chine et de certaines parties de l'Australie. Ces genres sont les Cymbidium, Lowianum, Insigne, Tracyanum, Pumilum et Devonianum. Les espèces de Cymbidium elles-mêmes ne sont pas les plus répandues, elles restent généralement confinées aux collections des spécialistes.

Il existe deux groupes de Cymbidium hybrides : les miniatures et les standards. Les premiers sont apparus plus tard que les standards, mais les surpassent par leur compacité, la facilité et l'abondance de leur floraison, et leur moindre besoin en lumière. Ce sont donc des plantes plus particulièrement adaptées à la culture en intérieur, où on les voit si souvent de nos jours. Les fleurs peuvent avoir de 5 à 7,5 cm de diamètre.

Les variétés standards sont en tous points plus grosses, avec des fleurs atteignant 13 cm de diamètre. Les plantes adultes peuvent même devenir très grandes, donc extrêmement difficiles à manipuler et encombrantes, demandant des pots de 30 cm de diamètre ou davantage. Toutefois, une plante de cette taille, portant six épis floraux, ou plus, de 90 cm de long, est vraiment spectaculaire. Si vous avez l'espace suffisant dans une serre ou une véranda, n'hésitez pas !

Quelques Cymbidium botaniques originaires d'Indonésie doivent se cultiver en serre chaude. Ce sont : les Cymbidium eburneum, aloifolium, dayanum, lancifolium, madidum, pendulum, pubescens, sirulans. Quelques Cymbidium originaires de Taïwan ou de régions climatiques voisines se cultivent en serre tempérée. Les Cymbidium originaires d'Australie ou des régions d'altitude (Himalaya, Birmanie, par ex.) se cultivent en serre froide, de même que l'immense majorité des hybrides à grandes fleurs. Ces derniers peuvent être cultivés dans des conditions semi-rustiques dans le nord de la France ou sous un climat montagneux.

Espèces et variétés de Cymbidium

Cymbidium botaniques

Cymbidium atropurpureum

Cymbidium  Cymbidium atropurpureum
  • Origine : Thaïlande, Indonésie, Philippines.
  • Fleurs, hampe florale : Longues tiges florales retombantes portant une multitude de fleurs de couleur rouge pourpré, labelle blanchâtre avec des points pourpres. 4 cm. Parfumées. Floraison en fin d'été ou automne.
  • Feuillage : Plante épiphyte. Climat chaud.

Cymbidium aloifolium

Cymbidium botaniques Cymbidium aloifolium
  • Origine : Inde à Chine, Java.
  • Fleurs, hampe florale : Tiges florales longues et retombantes, avec 30 à 45 petites fleurs fines, orange foncé à marge jaune, labelle plus foncé. 4-5 cm.
  • Feuillage : Plante épiphyte ou lithophyte. Climat tempéré.

Cymbidium devonianum

Cymbidium botaniques Cymbidium devonianum
  • Origine : Inde (Nord).
  • Fleurs, hampe florale : Tige florale pendante avec 20 à 30 fleurs olive ou vert foncé, 3 cm, parfumées. Labelle rose-pourpre aux flancs violacés. Floraison printanière.
  • Feuillage : Plante épiphyte. Période de repos après la floraison. Climat tempéré froid. Bonne aération indispensable pour éviter une trop grande humidité. Beaucoup de lumière en hiver.

Cymbidium goeringii

Cymbidium botaniques Cymbidium goeringii
  • Origine : Inde jusque Corée, et Japon.
  • Fleurs, hampe florale : Tige florale très courte portant peu de fleurs de 5 cm de couleur variable, du vert clair à l’orange. Très parfumée. Floraison de l'automne au printemps.
  • Feuillage : Plante terrestre, cultivée depuis des siècles en Chine et au Japon. Climat tempéré froid. Bonne luminosité en hiver.

Cymbidium lowianum

Cymbidium botaniques Cymbidium lowianum
  • Origine : Inde, Chine, Birmanie.
  • Fleurs, hampe florale : Tige florale avec fleurs en bouquet, 15 à 35 fleurs vert-jaune de 12 cm. Très longue durée de vie. Labelle jaune pâle avec une tache rouge intense en forme de V. Floraison en fin d'hiver, début de printemps. Note : si la plante refuse de fleurir, cela tient aux températures trop élevées ou au manque de lumière.
  • Feuillage : Plante épiphyte ou lithophyte. Très grandes fleurs. Climat tempéré froid.

Cymbidium sanderae

 Cymbidium sanderae
  • Origine : Birmanie.
  • Fleurs, hampe florale : Tiges florales érigées portant jusqu'à 15 fleurs blanches au labelle maculé de pourpre. 7 cm. Parfumé. Floraison en hiver et/ou printemps.
  • Feuillage : Plante épiphyte. Climat tempéré.

Cymbidium hybride

Cymbidium 'Sara Jean'

 Cymbidium  'Sara Jean'
  • Origine : Horticole.
  • Fleurs, hampe florale : Tiges florales retombantes, floraison généreuse avec plusieurs dizaines de fleurs d'un blanc cireux, 5-6 cm.
  • Feuillage : Hybride miniature. Culture facile. Convient pour des vérandas tenues hors gel.

Plantation de Cymbidium

Plantation de <em>Cymbidium</em>

Lucas Martinez Farrapeira/CC BY-SA 2.0/Flickr

Où le planter ?

Les Cymbidium sont, de toutes les orchidées, celles qui demandent le plus de lumière, et cela tout au long de l'année. C'est une condition primordiale pour l'obtention d'une bonne floraison. Dans cette optique, l'observation attentive des feuilles constitue une précieuse indication sur les corrections à apporter aux éditions d'éclairage :

  • Si elles sont molles et vert foncé, la lumière est insuffisante.
  • Si elles sont relativement dressées, de bonne texture et de coloration vert clair, la lumière est correcte.
  • Si leur pointe est roussie, voire noircie, l'ensoleillement est excessif, mais c'est là un signe de sécheresse qui appelle impérativement une augmentation de l'arrosage.

En serre, où la température monte très rapidement et où l'évaporation est plus lente qu'en plein air, il faut envisager, durant l'été, un ombrage léger, tout en assurant une aération et une ventilation suffisantes.

Durant la saison chaude (de mai à septembre), les Cymbidium peuvent être cultivés à l'extérieur, à condition d'être abrités du soleil trop ardent de la mi-journée, qui risque de jaunir ou de brûler leurs feuilles. Ce n'est pas le soleil en lui-même qui est néfaste, mais l'échauffement des feuilles qu'il provoque. Si cet échauffement est limité par un système de Cooling, les Cymbidium s'accommodent du plein soleil.

Quand planter un Cymbidium ?

En respectant les conditions de culture énoncées, la plantation des Cymbidium est envisageable toute l'année, mais il est souhaitable d'acheter un plant en fleur.

Comment le planter ?

De multiples formules de substrat pour Cymbidium ont été proposées dès le début du siècle. Bien que terrestres, les Cymbidium sont actuellement considérés comme des plantes semi-épiphytes. La tendance est donc de leur proposer un substrat assez classique, composé :

  • d'écorce de pin (50-55 %), de tourbe fibreuse (20 %), de mousse de polyuréthane (10 %), de polystyrène expansé (10-15 %) et de dolomie à raison de 3 grammes par litre ;
  • ou encore d'écorce de résineux de granulométrie moyenne (50 %), d'écorce de résineux de granulométrie fine (40 %), de sable (10 %), ou d'huîtres concassées (3 grammes par litre).

Dans tous les cas, le drainage doit être assuré par des morceaux de polystyrène répartis dans le fond du pot. L'avantage d'une fine granulométrie est, bien évidemment, d'augmenter, dans des proportions importantes, l'humidité rémanente du substrat.

Il n'est pas, en fait, de substrat sur lequel un consensus puisse s'établir, ce qui relativise beaucoup l'importance accordée à la composition dudit substrat. Le microclimat et les méthodes culturales employées sont, en effet, avec le substrat lui-même, des éléments qui s'équilibrent et interagissent sans qu'il soit possible de les maîtriser totalement.

Culture et entretien de Cymbidium

Culture et entretien de <em>Cymbidium</em>

Wilferd Duckitt/CC BY 2.0/Flickr

Abritez les Cymbidium de la lumière directe du soleil en été et, chaque fois que ce sera possible, placez-les à l'extérieur. En hiver, veillez à dispenser suffisamment de lumière à vos plantes. Arrosez-les toute l'année, nourrissez-les au printemps, en été et en automne. Vaporisez quotidiennement les feuilles durant la saison chaude.

Plus qu'à une température idéale et unique, c'est plutôt à deux types de variation de température que l'orchidophile doit se référer, s'il souhaite obtenir tout à la fois une bonne floraison et un bon développement de l'appareil végétatif. Autour d'une bonne température « moyenne », qui serait de l'ordre de 13 °C en hiver et de 20 °C en été, les Cymbidium ont besoin d'une différence de 6 à 7 °C entre le jour et la nuit. Cette différence constitue l'un des éléments nécessaires à l'induction florale. Il est, par ailleurs, primordial, pour obtenir cette induction, de procurer aux Cymbidium, lorsque leurs pseudo-bulbes sont matures, une température nocturne comprise entre 6 et 12 °C, cela pendant trois ou quatre semaines.

Cet équilibre est naturellement réalisé dans la zone tempérée de l'hémisphère nord lorsque les Cymbidium sont placés à l'extérieur entre la première et la dernière semaine de septembre et entrés en serre vers la fin du mois de septembre. Le développement de la hampe florale et la floraison ne s'effectuent que si la température nocturne n'y dépasse pas 15 °C.

Maintenez ces conditions tout au long des mois d'hiver, jusqu'à la sortie de la plante à la mi-juin.

Plantes terrestres, les Cymbidium ont des racines très différentes de la plupart des orchidées épiphytes. En particulier, elles aiment avoir leurs racines constamment humides. À cet égard, les pots en plastique sont de loin préférables aux pots en terre dont la porosité entraîne une évaporation plus rapide de l'eau.

Les Cymbidium ne connaissent pas, en principe, de période de repos ; ils doivent être abondamment arrosés tout au long de l'année, en laissant au substrat le temps de s'assécher entre chaque arrosage. Il existe pourtant deux exceptions à cette règle :

  • Le cas de Cymbidium récemment rempotés qui traversent une période de fragilité du fait des traumatismes et blessures inévitables subis par leurs racines lors du rempotage. Il est évident qu'un excès d'eau survenant à ce moment-là gênerait la cicatrisation des racines et risquerait même de provoquer des surinfections bactériennes et fongiques.
  • Le cas de certains Cymbidium botaniques (tel Cymbidium devonianum), dont beaucoup requièrent une sévère restriction des arrosages durant l'hiver, avec juste ce qu'il faut d'eau pour éviter le flétrissement des bulbes et des feuilles. Le repos survient après la maturation des pseudo-bulbes et se prolonge jusqu'à l'apparition de la hampe florale au printemps.

Ces orchidées se cultivent en atmosphère humide, d'autant plus humide qu'il fait plus chaud. Dans ces conditions, l'élévation de l'humidité ambiante limite beaucoup les pertes d'eau par transpiration.

Le rempotage s'effectue tous les deux ou trois ans selon l'état du substrat. Les Cymbidium sont cultivés dans des pots de plastique noir juste adaptés à leur taille, mais souvent très grands, compte tenu de la dimension de la plante. La pression de leurs racines, leur adhérence aux parois du pot rendent parfois impossible un dépotage simple. Le mieux est alors de découper le pot et d'en détacher délicatement les morceaux. On se trouve alors devant un entrelacs de racines parfois tellement dense que l'on est obligé de tailler à la serpe si l'on souhaite diviser la touffe.

Rempoter une plante

Taille de Cymbidium

La taille des orchidées exotiques n'est pas indispensable, enlevez juste les feuilles mortes ou qui périssent.

Maladies, nuisibles et parasites

Certaines pathologies existent, en particulier lorsque la pointe des feuilles noircie : les causes possibles sont le botrytis, une carence ou un excès d'engrais.

Dans d'autres cas, la face inférieure des feuilles porte de larges plages grisées : cela signale la présence de l'araignée rouge ou d'autres acariens.

Multiplication de Cymbidium

Multiplication de <em>Cymbidium</em>

Wilferd Duckitt/CC BY 2.0/Flickr

Les orchidées tropicales se multiplient par division des touffes, lors de la reprise de la végétation. Dans une certaine mesure, l'opération est possible toute l'année sauf au cours de la floraison.

Chez les plantes âgées, la compression des pseudo-bulbes atteint un tel degré que la division en devient très difficile. Un tel traitement est évidemment assez mal supporté. C'est la raison pour laquelle nombre d'horticulteurs préfèrent ne pas diviser leur touffe et rempoter dans des pots légèrement plus grands. Cela explique que les Cymbidium se présentent souvent comme des plantes gigantesques qui occupent une place très importante dans les serres.

Conseils écologiques

Utilisez un récupérateur d'eau pour arroser les orchidées, l'eau de pluie est légèrement acide et peu minéralisée, ce qui convient bien aux Cymbidium.

Un peu d'histoire…

C'est en 1799 que le botaniste suédois Otto Swartz décrivit et dénomma le genre Cymbidium, du grec kymbê (bateau), en référence à la forme du labelle.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Produits


Liens rapides