Mycorhizes

Écrit par les experts Ooreka

Gary Owens CC BY 2.0 / Flickr

Largement présentes dans la nature, les mycorhizes sont indispensables à la survie des végétaux. Hélas, du fait de la pauvreté des sols de culture, elles font souvent défaut aux plantes cultivées. Il est alors nécessaire de procéder à leur mycorhization. Découvrons ensemble ce qu'est une mycorhize, ce qu'elle apporte aux végétaux, et quand mycorhizer ses plantations.

Qu'est-ce qu'une mycorhize ?

Lorsque certains champignons sont intimement et durablement associés aux racines d'une plante, on est en présence d'une mycorhize (mico : champignon ; rhiza : racine). Cette symbiose entre la plante hôte et le mycélium est tout à fait bénéfique pour l'une comme pour l'autre.

Les mycorhizes peuvent être décelées à l'œil nu puisqu'elles apparaissent le plus souvent sous forme de filaments de teinte rosée, blanchâtre ou jaunâtre.

Bon à savoir : on parle d'ectomycorhize lorsque le mycélium pénètre dans les cellules de la plante hôte.

Nombre de végétaux qui se développent naturellement dans la nature portent des mycorhizes, alors que ceux cultivés par l'homme en sont souvent privés, du fait de la pauvreté des sols de culture. Or, la symbiose mycorhizienne profite considérablement aux végétaux. Les avantages sont les suivants :

  • Résistance aux champignons pathogènes.
  • Résistance à la sécheresse.
  • Utilisation optimum des nutriments puisés dans le sol.
  • Plus grande densité des racines.
  • Croissance plus importante des végétaux.

Il existe quelques exceptions : certains végétaux ne développent pas de mycorhizes et n'en ont d'ailleurs pas besoin. C'est par exemple le cas de l'épinard, de la rhubarbe ou encore du navet et du blé.

Bon à savoir : dans les milieu dégradés comme les jardins urbains ou les terrains cultivés à outrance, il est nécessaire de procéder à un apport en mycorhizes.

Mycorhize : végétaux concernés

De nombreuses plantes ont besoin de cette symbiose mycorhizienne pour se développer dans les meilleures conditions. Par exemple, c'est le cas des :

  • arbres fruitiers ;
  • légumes du potager, dans la grande majorité ;
  • rosiers ;
  • plantes à bulbes ;
  • plantes annuelles et vivaces ;
  • arbustes d'ornement ;
  • plantes vertes d'intérieur.

Il est donc indispensable de « mycorhizer » les plantes en pots et jardinières pour qu'elles puissent bénéficier d'un sol suffisamment riche en nutriments et être plus vigoureuses, mais aussi bien d'autres plantes et arbres du jardin. On trouve dans le commerce des produits de mycorhization.

Bien différentes des produits fertilisants, les mycorhizes ne doivent être appliquées qu'une seule fois dans la vie d'une plante.

Bon à savoir : les plantes de terre de bruyère, les orchidées, certains arbres comme le noisetier ou encore le châtaignier et les conifères ont besoin de mycorhizes spécifiques. Il est donc important, en fonction des végétaux que l'on possède, de demander conseil à un professionnel du jardinage sur le type de mycorhizes à acheter.

Quand utiliser des mycorhizes ?

Un produit de mycorhization, nous l'avons vu, ne s'utilise qu'une seule fois et non chaque année comme on le fait avec un engrais, car la symbiose mycorhizienne dure jusqu'à ce que le végétal arrive en fin de vie. On choisit, dans la grande majorité des cas, le moment de la mise en pleine terre des végétaux ou de leur rempotage, que ce soit en pot, en bac ou en jardinière.

Si l'on souhaite procéder à la mycorhization de végétaux déjà en place, il est nécessaire d'effectuer des trous dans la terre, à distance raisonnable du chignon racinaire puis d'y déposer le produit contenant des mycorhizes. Reste à procéder à un arrosage copieux.

Bon à savoir : il ne faut en aucun cas traiter avec un antifongique dans les semaines qui suivent la mycorhization, puisque ce produit traitant a pour but d'éradiquer les champignons.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Ces pros peuvent vous aider


Produits


Liens rapides