Texture du sol

Sommaire

Connaître la texture du sol est indispensable en jardinage, car c’est une donnée qui permet d’optimiser la durée de vie de son espace de verdure. La texture d’un sol conditionne en effet le choix des végétaux, leur arrosage ainsi que l’apport d’éventuels engrais. Des tests simples et très facilement réalisables permettent de la définir.

Texture du sol : les bases essentielles

Rappelons d’abord qu’un sol est composé de particules et de parties « vides » et qu'il existe 4 types de particules :

  • les argiles qui ont un diamètre inférieur à 2 μm ;
  • les limons qui ont un diamètre compris entre 2 et 50 μm ;
  • les sables qui ont un diamètre compris entre 50 μm et 2 mm ;
  • les graviers qui ont un diamètre supérieur à 2 mm.

Lorsqu'il n’y a pas de particules, il s’agit de porosité que l’on définit comme étant le volume de vide du sol ; cette porosité étant la perméabilité du sol qui va définir la quantité d’eau que le sol peut fournir à la plante. En fonction de la proportion de chaque particule, le sol aura une texture particulière :

  • la texture argileuse qui présente l’avantage d’avoir beaucoup de minéraux et l’inconvénient d’être peu aérée, et donc très lourde et très difficile à travailler ;
  • la texture limoneuse qui est assez riche en matière organique mais qui peut en revanche être dure en surface en cas de pluie abondante ;
  • la texture sableuse qui est extrêmement aérée et facile à travailler, mais pauvre en matière organique.

Comment déterminer la texture du sol ?

Pour analyser et connaître la texture d’un sol, plusieurs tests existent, très facilement réalisables.

Le test du trou qui se vide

  • Creusez dans le sol un trou de 20 cm de profondeur ;
  • Remplissez-le d’eau ;
  • Notez le temps que prend l’eau pour être absorbée par la terre.

Résultat : si l’eau disparaît rapidement, le sol est très perméable ; cela pourrait entraîner une asphyxie racinaire car il est susceptible d’être régulièrement gorgé d’eau. Pour éviter cela, il faut ajouter un élément drainant comme des graviers ou du sable.

Le test du bocal

  • Mettez dans un bocal d’1 litre 50 % d’eau et 50 % de terre ;
  • Fermez et mélangez vigoureusement ;
  • Laissez reposer environ 7 h.

Résultat : si la terre est au fond, il s’agit d’une terre sablonneuse très perméable ; il est conseillé d’y ajouter des éléments fins, comme de l’argile ou du limon, pour retenir l’eau. Si la terre est au milieu, il s’agit d’une terre humifère qui n’a a priori besoin de rien. Si la terre est en haut, il s’agit d’une terre argileuse à laquelle il faudra ajouter un élément drainant comme du sable ou des graviers.

Le test du pâton

Formez une boule dans vos mains avec de la terre et de l'eau puis étalez-la avec une bouteille.

Résultat : si la pâte se brise, il s'agit d'une terre sableuse très perméable à l'eau et très pauvre en matière organique. Si la pâte mesure plus de 3 mm, il s'agit d'une terre argileuse lourde avec peu de pores.

Texture du sol : le cas des cultures en pot

Si vous choisissez de cultiver vos plantes dans des contenants, vous pouvez élaborer le meilleur substrat (support de développement des plantes) possible. Pour optimiser sa texture, il est conseillé de mélanger environ :

  • 65 % de sable ;
  • 30 % d’éléments fins (d’un diamètre inférieur à 50 m) ;
  • 5 % au maximum d’humus (matière organique issue de la décomposition des excréments animaux ou des restes végétaux).

Ces pros peuvent vous aider