Cultiver des rosiers sur un balcon

Sommaire

Si vous aimez les roses et que vous n’avez pas de jardin, rien n’est perdu : à condition de bien identifier les besoins des rosiers cultivés en pot et de choisir des variétés adaptées, vous pourrez fleurir de roses votre balcon ou même un simple appui de fenêtre.

Découvrez dans cette fiche en détail comment cultiver des rosiers sur un balcon avec succès.

Zoom sur les difficultés de la culture de rosiers

La culture des rosiers exige le respect de certaines contraintes en termes d’exposition, de nature de la terre, d’arrosage ou de prévention des maladies.

Exposition

Les rosiers ont besoin de soleil et n’aiment pas le vent :

  • Sauf rares exceptions, les rosiers ont besoin de recevoir au moins 4 heures de soleil par jour. N’envisagez donc pas de cultiver des rosiers si vous avez un balcon exposé plein nord.
  • Si votre balcon est mieux orienté, mais reçoit peu de soleil direct (immeubles faisant écran), faites votre choix parmi les variétés de rosiers acceptant la mi-ombre.
  • Placez vos rosiers dans l’endroit le plus abrité du vent de votre balcon.
  • Au besoin, abritez du vent un coin de votre balcon en utilisant des canisses ou autre protection.
  • En hiver, si votre balcon est froid et venté, prenez des précautions pour protéger vos rosiers.

Terre

Les rosiers ont besoin d’une terre riche et généralement de place pour étendre leurs racines.

  • Choisissez impérativement un pot large et profond.
  • Évitez les variétés de rosiers à grand développement racinaires (la plupart des grimpants).
  • Soignez le substrat à la plantation.
  • Faites des apports fréquents d’engrais spécial rosiers, à raison d’une poignée tous les 15 jours en mai, juin et juillet.
  • Pratiquez le surfaçage du pot chaque année en fin d’hiver, ou au minimum un an sur deux : prélevez environ 5 cm de terre et remplacez-la par du terreau spécial rosier.

Arrosage

Les rosiers détestent la sécheresse.

Veillez particulièrement au bon arrosage de vos rosiers en pot qui ne peuvent pas étendre leurs racines pour aller chercher un peu d’eau en profondeur dans la terre :

  • Arrosez tous les 2 à 4 jours (selon les conditions météorologiques).
  • Laissez sécher la terre entre 2 arrosages.
  • Évitez l’eau stagnante dans les coupelles.

Maladies

Les rosiers cultivés en pot sont plus sensibles aux maladies.

  • Choisissez de préférence des variétés de rosiers résistants aux maladies.
  • Veillez à assurer une bonne circulation d’air autour de chaque rosier et évitez que deux rosiers se touchent.
  • Plantez à côté des rosiers des vivaces aromatiques ou des bulbeuses odorantes, qui repoussent les insectes et préservent les rosiers des maladies : ail, ciboulette, lavande, sauge, armoise, menthe, absinthe, sarriette, thym…
  • Lorsque vous arrosez vos rosiers, ne mouillez jamais le feuillage, ce qui les rendrait vulnérables aux maladies.
  • Surveillez attentivement l’apparition de maladies (en particulier l’oïdium) ou de pucerons et traitez aussitôt, après avoir supprimé toutes les feuilles et parties malades.

1. Sélectionnez des rosiers s’adaptant bien en pot

Quatre types de rosiers se prêtent à la culture sur votre balcon :

  • les rosiers miniatures ;
  • les rosiers couvre-sol ;
  • les rosiers buissons ;
  • et éventuellement certains petits grimpants.

Rosiers miniatures

Hauts de 30 à 50 cm, les rosiers miniatures sont des rosiers modernes qui peuvent se cultiver sur le plus exigu des balcons et même sur un appui de fenêtre.

Faites votre choix par exemple parmi les variétés suivantes : Allegro Symphonie (rose saumon), Bridal Meillandina (blanc pur), Flame Meillandina (fleurs jaunes bordées de carmin), Pink Drift (rose vif), Sunny Pin’s (jaune), Tilt Symphonie (rouge), Watermelon Ice (rose vif)…

Note : les rosiers miniatures sont à cultiver en plein air, à ne pas confondre avec les mini-rosiers vendus par les fleuristes, qui sont des plantes d’appartement difficiles à maintenir en vie très longtemps.

Rosiers couvre-sol

Mesurant au maximum 60 cm de haut, les rosiers couvre-sol ont un port tapissant qui les rend appréciables pour fleurir talus, bordures, murets… Cultivés en jardinière, ils en retomberont gracieusement.

Voici une sélection de rosiers couvre sols modernes, résistants aux maladies, à floraison longue ou continuelle de juin aux gelées :

  • Ariel, aux petites fleurs rose vif au parfum subtil.
  • Castor, aux fleurs simples, rose tendre à cœur blanc.
  • Philippe Stark, aux gracieuses roses blanches, délicatement parfumées.
  • Rosée du matin, aux fleurs parfumées, rose pâle à l'ouverture, évoluant vers le blanc pur.
  • Canicule, aux belles roses jaune soleil.

Rosiers buissons

Les rosiers buissons sont des rosiers au port arrondi, ne dépassant pas les 120 cm (ou moins en pot).

Choisissez par exemple :

  • Marie Pavié, rosier ancien jamais malade et presque sans épines, aux petites fleurs blanc rosé, délicatement parfumées.
  • Blanc Double de Coubert, rosier ancien parfaitement sain, très remontant, aux belles roses blanc pur, légèrement parfumées.
  • Buff Beauty, rosier très remontant et très résistant aux maladies, au feuillage semi-persistant. Ses fleurs, d'une magnifique teinte abricot puis chamois, ont un parfum de rose thé.
  • The Fairy, jamais malade, sans taille, idéal pour le débutant ; il porte d’adorables pompons rose frais, qui fleurissent très longtemps.
  • Bonica, rosier moderne jamais malade, fleurissant tout l’été, aux bouquets de roses semi-doubles rose vif.
  • Et aussi : Amber Queen, Aspirin, Astronomia, Ballerina, Bougainville (supporte la mi-ombre), Burgundy Ice, Cornelia, Hansa, Iceberg (supporte la mi-ombre ou l’ombre), Little White Pet, Louise Odier, Marie Bugnet, Petite Françoise, Reine des Violettes, Rosa multiflora nana, Vent d’Été…

Petits rosiers grimpants

Sur un balcon, cantonnez-vous aux petits grimpants (pas plus de 3 m en terre, nettement moins en pot), dont les racines ne nécessitent pas trop de place.

Plantez-les dans un pot de 80 cm de profondeur et palissez-les contre un joli treillis en bois. Vous pouvez aussi ne pas les palisser, ils se comporteront alors comme des arbustes.

Choisissez par exemple :

  • Blush Noisette, adorable rosier ancien, très résistant aux maladies, aimant la mi-ombre, aux petites fleurs rosées, à floraison continuelle.
  • Narrow Water, rosier ancien jamais malade, acceptant la mi-ombre, portant continuellement des petites roses parfumées, d'un rose lilas pâle.
  • Carla Fineschi, rosier moderne très résistant aux maladies, portant de juin aux gelées des fleurs semi-doubles, rouge carminé, à cœur plus clair.
  • Sourire d’Orchidée, rosier moderne très résistant aux maladies, portant tout l’été des fleurs simples, rose pâle nacré, groupées en gracieux bouquets.
  • Mimi Eden, version miniature du célèbre Pierre de Ronsard, aux grosses fleurs romantiques, très doubles, rose tendre plus soutenu au centre.

2. Choisissez des pots adaptés

Un rosier a besoin d’un pot large et le plus profond possible pour lui permettre de développer ses racines en profondeur.

Choisissez un pot :

  • De profondeur égale au tiers de la hauteur du rosier adulte, soit 20 cm pour un rosier de 60 cm, 40 cm pour un rosier de 120 cm, 80 cm pour un petit rosier grimpant.
  • De préférence en terre cuite, qui permet aux racines de respirer. Évitez les pots en plastique et les bacs à réservoir d'eau.
  • Comportant un trou de drainage.

3. Offrez un bon substrat à vos rosiers

Dans un pot, le volume de terre étant réduit, il est d’autant plus important d’offrir un bon substrat à vos rosiers, afin de leur permettre un bon développement.

  • Étalez au fond du pot une couche drainante de 4 à 7 cm de haut : billes d’argile expansées graviers ou morceaux cassés d’anciens pots de fleurs.
  • Si c’est possible, composez un mélange de deux tiers de terreau spécial rosiers et d’un tiers de bonne terre de jardin.
  • Si vous ne pouvez pas vous procurer de terre de jardin, utilisez juste du terreau spécial rosiers.
  • Évitez le terreau dit universel qui n’est pas adapté.

Ces pros peuvent vous aider