Pleione

Écrit par les experts Ooreka

Pleione en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Pleione

  • Nom(s) latin(s)

    Pleione sp.

  • Famille

    Orchidacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,15 à 0,30 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Moyenne
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Massif ou bordure Rocaille
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les Pleione tirent leur nom d'un personnage de la mythologie grecque : la mère des Pléiades. Ce genre comprend aujourd'hui une dizaine d'espèces épiphytes ou lithophytes, largement réparties autour de la chaîne himalayenne, dans le nord de l'Inde, en Birmanie, en Chine du Sud, en Thaïlande et au Laos. Ce sont des orchidées d'altitude qui croissent entre 1 000 et 3 300 m.

Plantes sympodiales à pseudo-bulbes et à feuilles caduques, les Pleione (de la famille des Orchidacées) doivent être élevées en serre froide, avec une période de repos hivernal absolu. Moyennant quelques précautions, il est possible, en région tempérée, de les cultiver de façon rustique, notamment dans le cadre d'un jardin de rocaille.

Les Pleione sont classées parmi les plantes épiphytes, bien qu'un grand nombre de caractères les rapprochent des orchidées terrestres. Leur mode de culture se calque bien plus sur celui d'orchidées de pleine terre, comme les Cypripedium par exemple.

Bien que de petite taille, de nombreuses espèces ou hybrides de Pleione présentent des fleurs très impressionnantes en raison de leur taille (6-8 cm) ou leurs coloris.

Les Pleione résistent à des gelées jusque -10 °C, elles seront donc à conserver à l'abri des fortes gelées dans les régions à hivers froids et rigoureux.

En fin d'hiver ou au début du printemps, ces orchidées (comme les Dactylorhiza…) connaissent une croissance rapide pour produire de jeunes pousses annuelles. Si celle-ci a lieu en mars-avril, la floraison intervient en mai-juin, sinon à partir d'avril. Ce n'est qu'après la floraison que cette orchidée continue son cycle végétatif en produisant le feuillage et que les bulbes (tubercules) arrivent à maturation. La hauteur du feuillage est de 10-20 cm.

Lorsque l'automne ou les premiers frimas arrivent, les Pleione vont entrer en dormance hivernale : les feuilles jaunissent puis chutent. À ce moment, l'orchidée est en repos total, disparaissant de la surface avec une (sur)vie exclusivement souterraine du bulbe ancien (qui a fleuri l'année) et du bulbe formé pour l'année suivante. La reprise de croissance interviendra à la fin de l'hiver avec une germination du nouveau bulbe.

Espèces de Pleione

Pleione botanique

Pleione bulbocodioide

Pleione botanique
  • Fleurs : Fleurs rose intense, avec labelle frangé et tacheté de rouge à l'intérieur.
  • Qualités : Typique du genre.
  • Origine : Chine, Tibet.

Pleione de Formose (Pleione formosana)

Pleione botanique
  • Fleurs : Fleurs légèrement roses, veinées de blanc, avec labelle frangé blanc, et légèrement ponctuée de rouge à l'intérieur.
  • Qualités : Variété 'Alba' (blanche) existante.
  • Origine : Comme son nom l'indique, Formose est son pays d'origine, mais on la trouve aussi en Chine septentrionale et dans l'Himalaya, avec des forme et couleur très variables selon l'origine géographique.

Pleione hookeriana

Pleione botanique
  • Fleurs : Fleurs blanc pur, intérieur du labelle contenant du jaune.
  • Qualités : Assez proche de Pleione humilis (plus crème que blanche).
  • Origine : Du Népal au sud de la Chine.

Pleione hybride

'Tongariro'

Pleione hybride
  • Fleurs : Fleurs mauve foncé, avec intérieur du labelle légèrement ponctué de blanc.
  • Qualités : Très beau cultivar, couleurs très intenses.
  • Origine : Cultivar asiatique.

'Rossini'

Pleione hybride
  • Fleurs : Fleurs mauve pastel, à labelle très frangé, blanc.
  • Qualités : Couleurs pastel.
  • Origine : Cultivar asiatique.

Plantation des Pleione

Plantation des <em>Pleione</em>

Arne and Bent Larsen/CC BY-SA 2.5 dk/Wikimedia

Où les planter ?

Les Pleione requièrent un ombrage modéré durant la période de croissance. À l'extérieur, il ne faut jamais les cultiver en plein soleil, sauf si la zone est très humide (proche d'un plan d'eau).

Selon les latitudes de culture et des climats associés, les Pleione peuvent être plantées en extérieur en pleine terre ou en grandes jardinières transportables pour l'hivernage. Si des gelées de -8/-10 °C sont à craindre sur plusieurs jours, la rentrer en serre froide est obligatoire ! La culture en grand pot (jardinière) d'au moins 20-30 cm de diamètre est la règle.

Conseil : n'hésitez pas à panacher plusieurs espèces ou hybrides pour former un massif.

Quand planter les Pleione ?

Les Pleione du commerce sont à planter en hiver ou en fin d'hiver (hors gelée), tant en serre qu'en extérieur, juste avant la reprise végétative.

Attention : ne jamais manipuler une orchidée terrestre lors de la reprise végétative printanière.

Comment les planter ?

Un mélange préconisé se compose de racine d'osmonde (30 %), de sphaigne (30 %), de terreau de feuilles (30 %) et de sable (10 %). Beaucoup d'horticulteurs utilisent des substrats plus lourds, tel celui composé de tourbe, de terreau de feuille et de sable et terre franche.

Naturellement, le sol devra être aménagé pour recevoir ce substrat avec des cailloux au fond du trou pour faciliter le drainage ; un film plastique sur les parois du trou protégera270902 la dénaturation du sol de culture. Les excès de calcaire sont craints !

Espacez chaque bulbe de 10-15 cm au moins, mais pas trop non plus pour obtenir un effet de massif. Effectivement, les Pleione sont encore plus attractives lorsqu'elles sont cultivées en groupe de 10 plants ou plus !

Pour une culture en jardinière, choisissez un très grand pot : les nouveaux bulbes annuels se développent en périphérie du bulbe de l'année, ils doivent avoir de la place sans toucher les parois.

Que ce soit en extérieur ou en jardinière, le bulbe est enfoui partiellement, des 2/3 de sa hauteur, en laissant donc 1/3 du bulbe dépasser de la surface du substrat.

Culture et entretien des Pleione

Culture et entretien des <em>Pleione</em>

Steve Garvie/CC BY 2.0/Flickr

Une fois la croissance végétative reprise en fin d'hiver, il ne faut jamais dépoter la plante ! Les orchidées terrestres comme les Pleione ne reformeront jamais les racines cassées. Du moment où les bulbes commencent à germer, ils ne doivent plus être manipulés !

Température

Les Pleione supportent des températures hivernales assez basses. Si vous les cultivez à l'extérieur, veillez, éventuellement, à les pailler, de façon à ce que leur température ne soit pas inférieure à -10 °C. En serre, placez-les dans la partie la plus fraîche (de 5 à 7 °C). L'été, les maintenir, dans toute la mesure du possible, au-dessous de 25 °C. Tous les moyens sont bons pour leur procurer la fraîcheur nécessaire : ombrage, bassinage, ventilation.

Arrosage

L'arrosage ne doit commencer qu'au printemps, avec l'apparition des premières racines. Ils devront être assez parcimonieux, surtout dans cette phase initiale. Une bonne humidité ambiante doit alors être maintenue.

Lors de la croissance, les arrosages seront plus généreux ; on pourra les alterner avec des bassinages quotidiens du substrat, mais à l'approche de l'hiver, les arrosages seront plus espacés, puis complètement suspendus à la chute des feuilles. La plante est alors placée dans un endroit sec et frais.

Fertilisation

La fertilisation doit être plus riche en phosphate au début du cycle végétatif, puis plus riche en azote et en potassium après la floraison et jusqu'au début de la période de repos. Toutefois, un engrais horticole de formule NPK 15-15-15 convient bien aussi.

Rempotage

S'il se révèle nécessaire, le rempotage se fera en fin d'hiver, un peu avant la reprise végétative. Lors du rempotage, on peut éventuellement procéder à la division de la touffe (Voir la partie Multiplication des Pleione). Les pseudo-bulbes sont alors placés de telle façon que leur base soit légèrement enfouie dans le substrat.

Taille des Pleione

Supprimez la tige florale en la coupant à ras des feuilles lorsque la fleur se fane. N'hésitez pas à le faire dès les premiers signes de défleuraison, cela laissera des forces au plant, inutile de perdre de l'énergie pour une fleur fanée…

Maladies, nuisibles et parasites

Les orchidées, d'une manière générale, ne connaissent pas de véritables nuisibles ou parasites, mais leur pire ennemi est un non-respect des conditions de culture idéales pour chacune des espèces.

Limaces

Pour les orchidées cultivées en pleine terre comme les Pleione, il peut être utile de protéger les jeunes croissances de l'année, dès leur apparition (émergence), des limaces. Les méthodes naturelles et biologiques simples seront employées.

Nécrose des feuilles

La nécrose des feuilles, qui se manifeste par des taches allongées de couleur brune et des feuilles molles, peut être due à une mauvaise hygrométrie ou des erreurs de luminosité.

Botrytis

En serre, pour lutter contre les pourritures nobles (botrytis) qui menacent les fleurs, la meilleure solution consiste à améliorer la circulation d'air.

Multiplication des Pleione

Multiplication des <em>Pleione</em>

Averater/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Le semis est à réserver aux professionnels !

Quand diviser ?

La division de touffes est le mode le plus habituel de multiplication simple. Il est essentiellement applicable aux orchidées sympodiales. Celle-ci se pratique au moment du rempotage. Mais tout rempotage ne l'exige pas. Cette opération ne peut être effectuée que sur des plantes bien fournies et en bonne santé.

Comment diviser ?

Une fois la plante dépotée, débarrassez-la précautionneusement de son substrat sans casser la moindre racine. En cas de doute, laissez les substrats anciens, tant pis pour le renouvellement.

Il est possible de procéder à la section du rhizome (tige rampante plus ou moins développée, sur laquelle sont insérés racines et pseudo-bulbes).

Pour ce faire, utilisez un couteau à lame bien aiguisée, préalablement stérilisée par un passage à la flamme. Puis, on procède à la séparation des racines ; celle-ci ne pose guère de problèmes si les racines sont peu entrelacées.

Les racines anciennes, souvent mortifiées, plus ou moins fonctionnelles, doivent être coupées au moins partiellement. En revanche, il est impératif de respecter les nouvelles pousses racinaires. Cependant, si le moment du rempotage est opportun, les nouvelles racines ne se sont pas encore développées et ne risquent donc pas d'être blessées.

Il arrive que les racines forment un entrelacs tellement compact que la seule solution est de scinder la motte à coups de sécateur. Cette intervention est peu compatible avec les conditions d'asepsie nécessaires à cette opération : aussi, bien respecter les précautions lors du post-rempotage.

Les plaies de coupe sont ensuite soit rapidement cautérisées, soit enduites d'une couche de mastic à greffer ; soit, encore, badigeonnées d'une solution antiseptique.

Avant le rempotage, il convient de bien vérifier la propreté de l'appareil racinaire et éliminer racines et feuilles mortes.

L'opération de rempotage s'effectue dans un substrat bien humidifié, mais non détrempé.

Procédez à quelques bassinages de la surface du substrat dans les jours qui suivent afin d'en éviter l'assèchement. Le bulbe rempoté doit dépasser de 1/3 de sa hauteur hors du substrat !

Conseils écologiques

Toutes les orchidées ont d'importants besoins en eau, une eau légèrement acide et sans grande minéralisation : l'exploitation d'un récupérateur d'eau, filtrée, permet des économies sur l'eau d'arrosage et de brumisation.

Pour les Pleione plantées en milieu extérieur, récupérez de la mousse des bois au lieu d'acheter de la sphaigne, ce seront toujours quelques économies.

Attention : ne mettez pas les feuilles mortes des orchidées dans un compost, car elles contiennent de l'oxalate de calcium nocif.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Produits


Liens rapides