Cyathea

Cyathea en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Cyathée

  • Nom(s) latin(s)

    Cyathea

  • Famille

    Cyathéacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Arbre feuillu

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant Semi-persistant Caduc
  • Forme

    Palme ou parasol
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    5 à 10 m
  • Largeur à maturité

    2 à 5 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante Moyenne Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol sableux Sol caillouteux Terre de bruyère Humus Terreau
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol frais
  • Densité

    0,5 à 1 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
    Ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Bosquet ou forêt Massif ou bordure Plantation isolée Talus
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Cyathea, qui a donné son nom à la famille des Cyathéacées, comprend le plus grand nombre d'espèces au sein des fougères (Ptéridophytes) après le genre Asplenium. Près de 600 espèces de Cyathea peuplent ainsi les régions tropicales et subtropicales humides de l'hémisphère Sud.

Leur taille est très variable, mais la plupart d'entre elles sont arborescentes, capables de se dresser jusqu'à 15 m de hauteur, déployant au sommet de très grandes frondes souples, moins rigides que chez la Dicksonia antarctica (syn. Balantium antarcticum), plus communément plantée chez nous. La croissance des Cyathea peut être très rapide si les conditions sont réunies.

Le stipe des Cyathea, en général unique, est constitué par la superposition de la base des frondes qui après leur chute laissent une jolie cicatrice. Chez les Cyathea, les pétioles des frondes sont couverts de poils ou d'écailles en forme de paillettes parfois même de courtes épines. Les pétioles peuvent persister assez longtemps une fois que la fronde est desséchée livrant une surface bariolée qui les distingue des Dicksonia notamment.

Les frondes naissent au centre du stipe, les unes après les autres ou de façon simultanée, et déroulent leur crosse de manière élégante. Les jeunes frondes, encore enroulées en crosse, sont couvertes d'écailles blanches, brunes ou noires qu'elles perdent généralement par la suite. Les grandes frondes des Cyathea sont incisées de façon plus ou moins importante selon l'espèce et le positionnement au sein de la couronne : pennées, bipennées ou tripennées.

L'espèce Cyathea australis est celle qui tolère le mieux l'absence de forte humidité atmosphérique et semble la plus rustique, mais elle est toutefois plus délicate à cultiver que Dicksonia antarctica.

Cyathea cooperi est la plus fréquemment proposée à la vente pour sa rapidité de croissance et sa facilité à reprendre après importation des stipes sans racines. Il faut savoir qu'elle est souvent vendue sous le faux nom de Cyathea australis. Toutes 2 sont originaires des forêts tropicales de l'Est australien, mais leur rusticité diffère quelque peu.

Espèces et variétés de Cyathea

La culture des Cyathea est assez récente dans l’hémisphère Nord, aussi les indications de rusticité sont issues de témoignages de pépiniéristes et collectionneurs. Ces minima sont indicatifs et peuvent varier en fonction de différents paramètres comme la provenance des spores.

Fougère arborescente d’Australie, rough tree fern (anglais), Cyathea australis (syn. Alsophila a.)

--

Fougère arborescente d’Australie, rough tree fern (anglais), Cyathea australis (syn. Alsophila a.) --
  • Variété : --
  • Végétation : Stipe de 6-12 (20) m de haut, jusqu’à 0,20 m de diamètre, surmonté d’une couronne de fronde vert foncé de 3 m de long émergeant en 1 seule fois. Segments des frondes linéaires à lancéolés.
  • Fleurs et fruits : Sores circulaires sous la fronde. Indusie vraie absente, mais présence parfois de petites écailles autour du sore.
  • Qualités : Native des forêts humides du Queensland, de Victoria et Nouvelle-Galle-du-Sud (Australie), de Tasmanie et îles de Norfolk. Taxon très variable. Résiste à -10 -12 °C, mais les feuilles grillent à -6 °C. Préfère une exposition plus ensoleillée que Dicksonia antarctica et tolère plus le vent.

Soft tree fern, katote (maori) Cyathea smithii (syn. Alsophila s.)

--

Soft tree fern, katote (maori) Cyathea smithii (syn. Alsophila s.) --
  • Variété : --
  • Végétation : Fougère de sous-bois atteignant 8 m de hauteur, 0,5-0,15 m de diamètre de stipe. Les rachis des vieilles frondes forment une jupe épaisse, impressionnante jusqu’au sol sous la couronne. Masse de frondes vert sombre de 2-2,50 m de long. Dessous des pétioles couverts de poils étoilés rouges et blancs et d’écailles brun rouge.
  • Fleurs et fruits : Petites capsules rondes sous les feuilles diffusant des spores jaune soufre en abondance. Indusie en forme de soucoupe.
  • Qualités : Présente sur toutes les îles de Nouvelle-Zélande jusqu’aux îles Auckland très au sud, en forêt montagneuse jusqu’en plaine plus au sud. Dans la forêt de Westland (île du Sud), pousse en sous-étage des Podocarpus. Apprécie peu les fortes chaleurs australiennes ou de l’île du Nord même si elle tolère le soleil. À planter à l'abri du vent. Croissance lente. Une des plus rustiques après C. australis.

Silver fern (anglais), ponga (maori) Cyathea dealbata, (syn. Alsophila tricolor)

--

Silver fern (anglais), ponga (maori) Cyathea dealbata,  (syn. Alsophila tricolor) --
  • Variété : --
  • Végétation : Fougère arborescente atteignant 4,50 m de haut en culture, 10 m dans la nature. Stipe sombre, assez épais jusqu’à 0,45 m dans la nature, surmonté par des frondes de 3 m de long à revers vert argenté, mais uniquement chez les frondes matures de plus de 1 an. Pétioles argentés.
  • Fleurs et fruits : --
  • Qualités : Présente en Écosse. Serait un peu moins rustique que C. smithii et un peu plus que C. medullaris (-7 à -10 °C). Fougère à croissance lente. À planter à l’abri du vent.

Cyathée de Cooper (Cyathea cooperi)

--

Cyathée de Cooper (Cyathea cooperi) --
  • Variété : --
  • Végétation : Stipe de 0,10-0,15 m de diamètre, strié verticalement par la base persistante claire des pétioles. Pétioles de 0,40-0,50 (0,90) m de long, 2-4 cm de large, lisses, verts à vert jaune, rougeâtres sur le dessous. Base des frondes couverte de nombreux filaments parcheminés brun pâle à jaune clair. Frondes peu denses apparaissant progressivement durant la saison, de 1,50-2 m de long sur 0,9-1,25 m de large.
  • Fleurs et fruits : Indusie absente et sore entouré d’écailles ciliées.
  • Qualités : Souvent nommé faussement C. australis. Native de la côte Est de l’Australie, forêts humides du Queensland, du Victoria et de Tasmanie. Croissance du tronc plus rapide que chez C. australis, de 0,25-0,40 m par an voire plus en serre chaude (atteint 6 m en 15 ans). Tolère mal le vent et le gel (à -3 °C le feuillage grille et à -6 °C le stipe meurt), mais résiste bien en milieu ouvert ensoleillé. Filaments un peu irritants.

‘Brentwood’

Cyathée de Cooper (Cyathea cooperi) ‘Brentwood’
  • Variété : ‘Brentwood’
  • Végétation : Frondes et écailles plus pâles que chez le type.
  • Fleurs et fruits : Comme espèce type.
  • Qualités : Comme espèce type.

Arbre prairies fougère (Cyathea dregei)

--

--
  • Variété : --
  • Végétation : Stipe brun atteignant 4-5 m de haut sur 0,20-0,45 m de diamètre, à couronne dense. Manchon de vieilles frondes persistantes et la protégeant du froid. Frondes bi- ou tripennées jusqu’à 3 m de long, parfois velues au revers.
  • Fleurs et fruits : Jusqu’à 12  ores par pinnules.
  • Qualités : Grande aire de répartition en Afrique, du Zimbabwe à l’Afrique du Sud. Fougère peu courante qui conviendrait en Île-de-France, en Limagne (700 m), mais pas en Bretagne ! À exposer au soleil intense pour augmenter sa résistance au gel (climat méditerranéen ou tropical d’altitude). Résiste au feu. Sol pauvre.

Cyathea robusta

--

Cyathea robusta --
  • Variété : --
  • Végétation : Fougère atteignant 4-5 m de haut. Base du stipe clair à cicatrices rondes. Gros pétioles velus très décoratifs lors du déroulement de la crosse et frondes très érigées de 3-5 m de long.
  • Fleurs et fruits : --
  • Qualités : Native de l’île de Lord Howe jusqu’à 400 m d’altitude (600 km à l’est de l’Australie). Croissance rapide. Tolère -5 °C.

Black tree fern (anglais), mamaku (maori), Cyathea medullaris

--

Black tree fern (anglais), mamaku (maori), Cyathea medullaris --
  • Variété : --
  • Végétation : Stipe très noir atteignant 20 m de haut sur 0,15-0,25 m de diamètre. Crosses très velues et écailleuses aussi très noires. Très longs pétioles graciles, noirs à frondes spectaculaires de 6 m de long.
  • Fleurs et fruits : --
  • Qualités : Originaire des forêts de plaine de Nouvelle-Zélande, des Fidji et de Polynésie. Résiste à -3 °C. Croit jusqu’à 20 cm/an. Apprécie un soleil léger et une situation abritée du vent. Sol frais bien drainé.

Plantation de la Cyathea

Plantation de la <em>Cyathea</em>

sanxiaodevea/Domaine Public/Flickr

Où la planter ?

Placez la fougère à mi-ombre voire à l'ombre. Si les feuilles se sont développées au soleil, elles pourront supporter quelques heures de soleil estival.

Cyathea australis est sans doute aussi rustique, voire plus que Dicksonia antarctica bien que celle-ci soit plus répandue. Elle tolère mieux les situations ventées même si son feuillage grille plus vite avec le froid. La défoliation totale intervient vers -4 à -5 °C, mais le stipe peut résister jusqu'à -9 à -10 °C si la température remonte en journée.

Ainsi vous pouvez admirer des Cyathea sur le littoral atlantique et méditerranéen dans des conditions d'atmosphère humide et semi-ombragées.

Quand planter la Cyathea ?

Au printemps de préférence pour une plantation en pleine terre.

Comment la planter ?

Les fougères arborescentes vivent dans des sols lessivés et réclament peu de matière organique. Plantez-les dans un sol de type terre de bruyère ou sableux en ajoutant de la tourbe ou du terreau de feuilles, mais assurez-vous qu'il draine bien. Sous nos climats tempérés, il est fréquent de voir des fougères plantées sur des talus semi-ombragés afin de faciliter le drainage au pied.

En pot, mélangez 50 % de terreau de feuilles grossier ou de tourbe blonde avec à parts égales de la terre franche, du sable et du charbon de bois.

Important : n'oubliez pas de tuteurer le stipe pendant les 2 années qui suivent la plantation, car l'enracinement est encore peu profond.

Culture et entretien de la Cyathea

Culture et entretien de la <em>Cyathea</em>

sanxiaodevea/Domaine Public/Flickr

Entretenez une bonne fraîcheur du sol, notamment en été, sans noyer les racines pour autant. Une brumisation du tronc durant l'été est un bon moyen de maintenir la croissance et d'éviter que les frondes ne sèchent subitement. La fougère est en effet capable d'absorber l'humidité ambiante par les racines qui tapissent son tronc.

En intérieur, vaporisez les frondes et le stipe aussi souvent que possible surtout si la fougère est maintenue dans une pièce chauffée durant l'hiver. Sinon toutes ces fougères supportent de passer l'hiver dans une serre froide, à l'abri du gel.

Attention, la fougère réagit mal à un apport brutal d'azote minéral au pied. Les feuilles deviennent flasques et pendantes en quelques jours :

  • Apportez de l'engrais pour « plantes vertes » dilué 2 fois par rapport à la dose prescrite, dans l'eau d'arrosage (eau de pluie non calcaire) que vous versez dans le cœur de la plante 1 à 2 fois par semaine.
  • L'apport de sang desséché au pied est aussi un bon moyen de la fertiliser.

La plante réagit généralement très vite en émettant de nouvelles frondes vert intense. Assurez la fertilisation entre mars et novembre puis cessez les apports.

En hiver, veillez à protéger le bourgeon terminal avec une épaisse couche de frondes desséchées, de paille ou d'aiguilles de pin. Entourez les stipes fins plus sensibles au froid, comme ceux de C.  ooperi, avec du voile d'hivernage et un tapis de brande jusqu'au sommet.

Taille de la Cyathea

Quand tailler ?

Au début du printemps.

Comment tailler ?

Il est généralement inutile de tailler la Cyathea si ce n’est pour ôter les frondes fanées disgracieuses qui auront servi à protéger le sommet de la fougère durant l’hiver.

Conservez la jupe de rachis desséchés sur les espèces C. smithii et C. dregei.

Maladies, nuisibles et parasites

Le vent, le gel, l'excès de soleil, le manque d'eau sont les principaux ennemis des fougères arborescentes.

Le champignon Rhizoctonia dû à un manque de drainage fait parfois pourrir les racines. Replantez la fougère dans un milieu plus drainant ou ajoutez du sable ou gravier au fond du trou de plantation.

Multiplication de la Cyathea

Multiplication de la <em>Cyathea</em>

Forest and Kim Starr/CC BY 2.0/Flickr

Chez nous, le semis est plus accessible bien que la germination de spores ne soit pas chose aisée et la durée de culture de plusieurs années avant que la fougère ne forme un stipe.

Quand semer ?

À tout moment de l'année au chaud ou en fin d'automne-hiver dès que les spores sont récoltées.

Comment semer ?

La difficulté est de récolter les spores au bon moment lorsque les sporanges s'ouvrent et virent de couleur, passant du vert gris à l'orange brun. Vous pouvez ôter quelques frondes sur le point de libérer les spores tous les 4 jours et les mettre dans un sachet en papier jusqu'à leur expulsion.

Semez ensuite les spores à la surface d'une terrine remplie d'un substrat composé de frondes finement hachées, de mousse de tourbe ou de sphaigne. Versez de l'eau bouillante sur le substrat avant de semer.

Maintenez humide par une pulvérisation d'eau douce régulière ou posez une vitre en laissant passer un peu d'air. N'enterrez pas les spores et placez la culture à la lumière indirecte, entre 20-25 °C.

La germination des spores prend entre 2 semaines et 6 mois. Des lames vertes appelées prothalles (gamétophytes) finissent par recouvrir toute la surface de la terrine formant une sorte de mousse.

Repiquez chacune d'elles dans les plots d'une plaque de culture remplis d'un fin substrat et continuez à couvrir la culture d'une plaque de verre jusqu'à ce que la première fronde se forme (environ 1 mois plus tard).

Repiquez ces plantules dans un substrat plus grossier (tourbe mélangée à du sable et des morceaux de charbon de bois) pour entamer le développement de la fougère.

Il s'agit d'être patient, car le tronc ne se forme qu'au bout de plusieurs années.

Conseils écologiques

Cyathea australis pousse en compagnie de Dicksonia antarctica dans les forêts humides de l’est de l’Australie jusqu’à 2 200 m d’altitude. Elles apprécient l’humidité permanente qui règne toute l’année en altitude, jusqu’aux forêts de nuages et de brouillard, avec des températures relativement fraîches. En descendant vers le Sud, on les trouve qu’au niveau de la mer, car la chaleur est moins intense.

Cyathea australis est une plante d’une importante écologique non négligeable dans son pays, car une petite abeille Exoneura robusta fait son nid exclusivement dans la moelle de ses frondes mortes. Cette abeille allodapine est particulière, car elle élève ses larves en communauté avec les abeilles adultes contrairement à nos abeilles, et pollinise beaucoup de plantes du sud-est australien.

Un peu d'histoire…

Cyathea vient du grec kyatheion, signifiant « petite coupe » en référence à la forme du sore (amas de sporanges contenant les spores). L’épithète australis signifie « du sud », smithii honore le conservateur des Jardins botaniques royaux de Kew, John Smith (1798-1888), dregei fait référence à Johann Franz Drège (1794-1881), explorateur et collectionneur de plantes allemand qui a travaillé en Afrique du Sud, medullaris signifie « moelle ». Cooperi fait honneur à Daniel Cooper (1821-1902), membre de l’ancien Conseil législatif de la Nouvelle-Galles-du-Sud à partir de 1849 et de la nouvelle Assemblée législative après l’octroi de l’autonomie gouvernementale responsable en 1856.

Les troncs des fougères arborescentes servent parfois de matériau de construction, de clôture ou à créer des sentiers de fortune. La moelle de Cyathea smithii était consommée comme source d’amidon, mais sa teneur en résine en faisait certainement une nourriture de dernier ressort.