Mackaya bella

Écrit par les experts Ooreka

Mackaya bella en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Mackaya du Natal

  • Nom(s) latin(s)

    Mackaya bella

  • Famille

    Acanthacées

  • Type(s) de plante

    Arbuste ▶ Arbuste à fleurs

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

    Plante comestible

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Buissonnant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    1,50 à 5 m
  • Largeur à maturité

    1-2 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Moyenne
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    1 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation intérieure

    Véranda Serre chaude Serre tempérée
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Massif ou bordure Haie Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Mackaya bella, autrefois incluse dans le genre Asystasia, constitue dorénavant l'une des deux espèces du genre et présente de fortes ressemblances avec le Thunbergia. Cet arbuste persistant pousse au sein des forêts sempervirentes notamment le long de cours d'eau. Il est endémique du Cap Est, du Kwazulu Natal, du Swaziland et de la Province du Nord d'Afrique du Sud. Le genre appartient à la famille des Acanthacées.

Mackaya bella forme un arbuste ou petit arbre persistant de 1,50 à 3 m de haut sur 2 m de large. Il porte des branches minces à feuilles vert sombre lustrées, simples et opposées. Le limbe glabre aux bords ondulés se termine en pointe effilée et mesure entre 5 et 10 cm de long. Sa surface devient granuleuse en situation sèche. De petites touffes de poils paraissent souvent au niveau des nervures.

Les fleurs de Mackaya apparaissent à profusion du début du printemps au début de l'été, parfois même jusqu'en hiver sous climat doux. Les grappes de 10 à 15 cm de long se forment en extrémité de rameaux. La corolle à symétrie bilatérale forme un entonnoir de 5 cm, ouvert sur 5 lobes étroits et souples retournés vers l'arrière de la corolle. Les pétales bleu lavande à lilas pâle arborent un délicat veinage violet éclairé par le pollen jaune vif de deux étamines. Deux autres étamines stériles, de longueur égale aux étamines fertiles, sont réduites à leur simple filet (sans anthères). Le pistil filiforme se termine par un stigmate bifide. L'ovaire biloculaire contient 2 ovules dans chaque loge. Le calice comporte 5 lobes fins et pointus. La floraison, bien qu'elle ne soit pas odorante, est très mellifère attirant aussi bien les abeilles que les papillons.

Les fruits sont des capsules allongées fines et glabres se formant en octobre et demeurant en général jusqu'en décembre. Les graines sont expulsées grâce au jaculateur, un appendice de l'ovaire caractéristique de la famille des Acanthacées.

Note : le genre Mackaya est un proche cousin de Pseuderanthemum qui présente aussi deux étamines fertiles sur quatre, mais il s'en distingue par une corolle courbée et ventrue.

Espèces de Mackaya

Il existe seulement deux espèces de Mackaya.

Mackaya du Natal (Mackaya bella, syn. Asystasia bella, nom lacal : Forest bell bush)

Espèce type

Mackaya bella Espèce type
  • Végétation : Arbuste persistant de 1,50 à 3 m de haut sur 2 de large à rameaux souples. Feuilles ovales, denses d'un vert sombre lustré. Pétiole court et limbe de 5-10 cm de long à dents sinueuses.
  • Floraison : Fleurs en entonnoir à 5 pétales lilas clair veiné de violet, de 75 mm en tous sens. Grappes unilatérales terminales de 15 cm de long. Floraison dès le mois de mai.
  • Qualités : Originaire d'Afrique du Sud et du Swaziland. Peu rustique entre -3 et -6 °C. Facile à cultiver en appartement ou en véranda. Floraison généreuse à effet très exotique. Plante rare.

Mackaya indica (syn. Thyrsacanthus indicus, Odontonemella indica)

Espèce type

Mackaya indica (syn. Thyrsacanthus indicus, Odontonemella indica) Espèce type
  • Végétation : Arbuste de 1 à 2,50 m de haut. Feuilles de 3 à 21 cm de long sur 1,5 à 8 cm de large, elliptiques, brillantes et glabres, plus pâles au revers. Feuillage persistant ou caduc selon l'altitude. Pétiole de 0,5 à 6 cm de long.
  • Floraison : Corolles de 2,5 à 3 cm, blanches ou roses veinées de rouge sombre. Floraison en décembre-avril sur rameaux nus si l'arbuste perd ses feuilles. Grappes lâches de 1 à 19 cm. Fleurs disposées en paires opposées.
  • Qualités : Originaire des forêts subtropicales humides du Bhoutan, dans les ravins boisés. Espèce non diffusée à ce jour pour le jardin. Floraison moins éclatante que l'espèce bella.

Plantation de Mackaya bella

Plantation de <em>Mackaya bella</em>

RaffiKojian/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Où le planter ?

Un excès de soleil fait jaunir le feuillage tandis qu'un défaut de lumière compromet la floraison. Choisissez un endroit mi-ombragé ou pourvu d'une ombre légère comme celle d'un albizia et abrité du vent.

Plantez-le dans un sol bien drainé, enrichi de beaucoup de compost.

La plante supporte des gels allant de -3 à -6 °C et se plaît en zone méditerranéenne ou atlantique chaude.

Quand planter Mackaya bella ?

Au printemps ou à l'automne.

Comment le planter ?

Ouvrez une fosse de 30 cm en tous sens et installez une couche de graviers dans le fond pour améliorer le drainage.

Apportez une bonne pelletée de compost pour rendre le sol fertile.

En pot, choisissez un assez grand conteneur rempli de terreau universel avec une couche de drainage dans le fond.

Culture et entretien de Mackaya bella

Culture et entretien de <em>Mackaya bella</em>

Magnus Manske/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Après la floraison, ces arbustes doivent être taillés assez court pour le succès de la prochaine saison et pour les rendre plus compacts.

Arrosez souvent en été et moins fréquemment en hiver.

Rapportez régulièrement du compost pour nourrir la plante.

Taille de Mackaya bella

Rabattez les pousses d'au moins un tiers de leur longueur juste après la floraison ou en fin d'hiver.

Maladies, nuisibles et parasites

Aucun parasite ne semble affecter Mackaya bella, du moins en dehors de son habitat.

Note : Mackaya bella est un arbuste qui apprécie les climats tempérés d'Afrique subtropicale. Les larves du papillon bleu sud-africain Juniona oenone oenone, aux ailes remarquables par leurs deux taches bleues sur fond noir, se nourrissent de cette plante.

Multiplication de Mackaya bella

Multiplication de <em>Mackaya bella</em>

JMK/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Bouturage

Au printemps ou à l'automne, prélevez des boutures semi-ligneuses et trempez leur base dans de l'hormone de croissance pour plus de résultats.

Les boutures peuvent être piquées directement dans du sable de rivière ou dans un terreau à bouturage.

Placez la culture sous une poche plastique transparente pour accélérer l'enracinement.

Semis

Au printemps, semez dans une ambiance chaude et humide.

Maintenez le support de culture humide pendant toute la durée de levée des graines.

Repiquez en godet individuel lorsque les plants se touchent et conservez les plantules à l'abri au moins durant les deux ou trois premiers hivers.

Note : le semis est peu pratiqué, car les graines sont rares et peu nombreuses dans le fruit.

Conseils écologiques

Le Mackaya s'emploie de façon remarquable pour masquer un mur ombragé qu'il soit planté en terre ou dans un grand pot ou comme plante d'intérieur.

Propriétés et usages

Le bois de Mackaya servait en Afrique du Sud pour allumer le feu par friction.

Des recherches menées par une équipe du Technical University du Danemark sur les composants chimiques de Mackaya bella ont permis de découvrir cinq nouveaux glucosides d'iridoïdes aux propriétés anti-inflammatoires.

Un peu d'histoire…

Le nom de Mackaya fut donné par le professeur William Henry Harvey (1811-1866) de Dublin en 1859, en l'honneur de son vieil ami le docteur James Townsend Mackay. Ce dernier fut conservateur du Jardin botanique universitaire de Dublin entre 1802 et 1862 et auteur de l'ouvrage Flora hibernica sur la flore irlandaise.

L'adjectif bella fait allusion à la beauté de ses fleurs, du latin, bellus, joli.

Mackaya bella fut découvert le long de la rivière Tongat au Natal par le collecteur de plantes écossais John Sanderson (1820-1881).

Le Royal Garden de Londres doit l'introduction de spécimens vivants aux efforts de son découvreur et de Mark McKen alors directeur du Durban Botanic Gardens.

Une description détaillée de l'arbuste est parue dans Curtis's Botanical Magazine (vol. 25 et 95) de 1869, écrit par Sir William Jackson Hooker, David Prain et Otto Stapf.

Ce n'est que depuis 1992 qu'une seconde espèce Mackaya indica, native du Bhoutan, à floraison moins spectaculaire, a rejoint notre arbuste dans la classification. Celle-ci fut désignée tour à tour sous les noms de Thyrsacanthus indicus puis Odontonemella indica (1893).

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Produits


Liens rapides