Pâtisson

Écrit par les experts Ooreka

Pâtisson en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Pâtisson

  • Nom(s) latin(s)

    Cucurbita pepo

  • Famille

    Cucurbitacées

  • Type(s) de plante

    Plante comestible ▶ Autres légumes

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Annuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,30 à 0,45 m
  • Largeur à maturité

    40 à 60 cm

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    1 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

« Bonnet d'électeur », « bonnet de prêtre », « couronne impériale », « soucoupe volante », « artichaut de Jérusalem », « artichaut d'Espagne », « arboufle d'Astrakhan »… le pâtisson porte divers noms qui témoignent et de son aspect curieux et de sa saveur. En effet, ce légume ressemble à un apple pie, une tourte aux bords festonnés dont la chair développe des arômes qui peuvent évoquer ceux de l'artichaut.

Le pâtisson est un légume ancien, remis en vogue assez récemment. Et il le mérite ! Sa végétation compacte et non coureuse lui permet de trouver place dans les petits jardins (et même d'être cultivé en bac). Il ne demande aucune taille et, bien installé, n'exige presque pas d'entretien.

Ses fruits peuvent se récolter tout jeunes, au fur et à mesure des besoins, ou bien matures pour une conservation hivernale. Le pâtisson fait merveille en cuisine où il sublime les saveurs des autres aliments. Il s'agit également d'un légume diététique. Pauvre en calories (parfait donc dans les régimes), il est en revanche riche en fibres et en eau qui le rendent digeste. Il offre par ailleurs un grand panel d'éléments minéraux (notamment du fer) et de vitamines A, C et B6.

Variétés de pâtisson

Pâtissons blancs

'Disco'

Pâtissons blancs 'Disco'
  • Description : Cette variété se distingue par l’apparence très renflée, très charnue de ses larges fruits blancs.
  • Qualités : Productivité, précocité. Végétation compacte. Résistance au mildiou.

'Polo F1'

Pâtisson 'Polo F1'
  • Description : C’est en abondance que ce pâtisson offre des fruits blancs, à la chair fine et ferme.
  • Qualités : Bonne qualité gustative. Très grande productivité. Résistance aux maladies.

Pâtissons orangés

'Orange'

Pâtisson 'Orange'
  • Description : Ancienne, cette variété donne des fruits orange à la chair particulièrement goûteuse.
  • Qualités : Très bonne qualité gustative.

'Sunburst F1'

Pâtisson 'Sunburst F1'
  • Description : Les fruits de cette variété, aux bords à peine crénelés, sont d’un beau jaune doré marqué d’une tache verte.
  • Qualités : Bonne qualité gustative. Végétation vigoureuse. Bonne productivité.

Pâtissons verts

'Panaché'

Pâtissons verts 'Panaché'
  • Description : Cette variété ancienne offre de superbes pâtissons panachés de vert et de crème. Leur épiderme est particulièrement fin. La plante peut être semi-coureuse.
  • Qualités : Bonne qualité gustative. Fruit décoratif.

'Gagat'

Pâtissons verts 'Gagat'
  • Description : Les fruits vert foncé deviennent presque noirs en mûrissant. Récoltés petits, ils sont particulièrement riches en vitamine C et se prêtent très bien au confisage dans le vinaigre.
  • Qualités : Bonne qualité gustative. Précocité.

'Patty Green Tint F1'

Pâtisson 'Patty Green Tint F1'
  • Description : Le mini-pâtisson par excellence ! Ses fruits vert clair se récoltent tout petits. Leur saveur est alors délicieuse.
  • Qualités : Très bonne qualité gustative. Grande précocité.

Semis et plantation du pâtisson

Semis et plantation du pâtisson

Où le semer et le planter ?

Comme toutes les plantes de la famille des Cucurbitacées, les pâtissons demandent de la chaleur ainsi qu'un sol riche et meuble. Installez donc ce légume à exposition ensoleillée, dans un terrain bien amendé en matière organique.

Quand semer et planter le pâtisson ?

Ce légume est frileux. Vous devrez donc attendre mai ou juin, que les derniers risques de gelées soient passés pour installer le pâtisson dans le potager, que vous le semiez en place ou que vous le plantiez.

Tenez compte de cette époque d'installation pour semer ce légume, en godet et au chaud, trois à quatre semaines avant la plantation.

Comment le semer et planter ?

Le pâtisson se sème, au chaud (dans des godets de 12 cm) ou en place, par poquets de 3 graines, enterrées sous environ 3 cm de terre. Ces semences germent dès que les températures atteignent 21 °C.

Même si la plupart des variétés de pâtisson ne sont pas coureuses, ce légume aime ses aises et prend de l'espace lors de sa croissance. Veillez à ce que les plants soient espacés de 1 m en tout sens.

Si vous le cultivez en pot, choisissez un contenant de 60 cm de diamètre et de profondeur minimum. Remplissez-le d'un mélange de terreau et de fumier composté et, si cela est possible d'un tiers de terre de jardin.

Culture et entretien du pâtisson

Culture et entretien du pâtisson

Comme la courgette, le pâtisson demande très peu d'entretien. Veillez simplement à ce que le sol autour des plants soit toujours couvert, si possible d'un paillage organique : fines couches de tonte régulièrement renouvelées, paille, consoudes ou orties fauchées… Non seulement cette couverture conservera sa fraîcheur au sol, enrichira celui-ci en humus mais elle limitera efficacement la pousse des mauvaises herbes.

Pour que les plants de pâtissons soient productifs, il est impératif que leur croissance de départ soit très vigoureuse et que la végétation soit bien établie avant que le végétal fleurisse. Malheureusement, les conditions météorologiques sont parfois bien contrariantes : sécheresse ou pluies battantes, chaleur excessive ou période de froid… Pour favoriser leur développement, il est conseillé d'arroser les pâtissons, à leur pied, avec un purin d'ortie dilué à 15-20 %.

Arrosez les plants, si possible à leur pied, en veillant plus particulièrement à leur apporter régulièrement de l'eau au moment de la croissance des fruits.

Note : la culture en pot ne demande pas plus d'entretien qu'en pleine terre.

Maladies, nuisibles et parasites

Si divers problèmes phytosanitaires peuvent toucher les cultures maraîchères, dans le jardin amateur, le pâtisson n'est réellement affecté que par l'oïdium. Cette maladie fongique se traduit par l'apparition de points blancs sur les feuilles, ponctuations qui s'étendent en vastes plages poudreuses. On appelle d'ailleurs la maladie « meunier » ou « blanc ». Le feuillage touché se dessèche et chute prématurément.

Ce champignon n'est pas présent dans le potager chaque année : il est favorisé par des températures douces (entre 23 et 26 °C) et, contrairement au mildiou, par la sécheresse.

L'oïdium attaque les plantes principalement au printemps puis en fin de végétation. Dans ce dernier cas, il n'a plus d'incidence sur les fruits produits par le pâtisson. Il n'est donc pas nécessaire de traiter. En revanche, à l'apparition des premiers symptômes printaniers, agissez en pulvérisant, sur le feuillage, des produits à base de soufre. À tester : il existe depuis peu un biocide agréé pour les jardins amateurs permettant de lutter contre l'oïdium des Cucurbitacées ; il est constitué par une bactérie, Baccillus subtilis.

Récolte

Quand et comment récolter ?

Le pâtisson est une courge qui peut se récolter à divers stades de maturité.

  • Vous pouvez effectivement cueillir les fruits lorsqu'ils sont très jeunes pour les confire au vinaigre.
  • Ou un peu plus développés mais encore immatures, à la façon des courgettes (soit 65 à 70 jours après le semis selon les variétés). L'épiderme est alors fin et ne nécessite aucun épluchage. La chair est très tendre et les graines à peine formées.
  • Mais il est également possible de laisser mûrir les courges que sont les pâtissons : on attend alors le plus longtemps possible que le feuillage se dessèche pour couper les pédoncules au sécateur.

La conservation du pâtisson

Plus le pâtisson est récolté jeune, plus la durée de sa conservation (dans le bac à légume du réfrigérateur) est courte : de 3 à 5 jours maximum. En revanche, lorsque les fruits sont cueillis à maturité totale, ils peuvent se conserver 6 mois et plus.

La cuisine du pâtisson

Le pâtisson encore immature se prépare et se cuisine exactement comme la courgette. Il s'apprête en un tour de main : inutile de l'éplucher, on le lave rapidement et on le détaille en dés, en quartiers, en lamelles. Poêlé, sauté, cuit au four ou à la vapeur, le pâtisson développe une subtile saveur de fonds d'artichaut et sa chair fondante s'imprègne délicieusement des arômes des aliments qui l'accompagnent.

Il se marie avec bonheur avec de nombreuses herbes et épices (menthe, basilic, paprika, cumin…), des produits méridionaux (anchois, poutargue, brandade, tomate, poivrons…), des viandes hachées, des fruits secs, des fromages : chèvre, ricotta, parmesan…

Les très jeunes pâtissons peuvent être conservés dans du vinaigre. Ils se transforment alors en condiments qui accompagnent viandes froides et charcuterie. Ou encore, ils composent d'originaux apéritifs.

Mini-pâtissons au vinaigre

  • 500 g de mini-pâtissons
  • 
6 dl de vinaigre de cidre
  • Graines de moutarde, de coriandre, de poivre noir
 (1 c. à c. de chaque)
  • 2 feuilles de laurier
  • 50 g de gros sel


Lavez les pâtissons et coupez leurs deux extrémités. Plongez-les dans de l'eau bouillante pendant 3 min avant de les égoutter. Dans une terrine, saupoudrez-les de sel et laissez-les reposer pendant au moins 2 h.
 Portez à ébullition le vinaigre avec le laurier et les épices et maintenez le feu durant 3 min. Laissez infuser jusqu'à complet refroidissement. Dans des bocaux en verre fermant avec des caoutchoucs, disposez les pâtissons préalablement rincés pour les débarrasser du gros sel. Versez le vinaigre réchauffé puis fermez hermétiquement. Rangez les bocaux au frais, au sec et à l'abri de la lumière. Ces mini-pâtissons se dégustent au bout de 3 semaines et se conservent une année.



Les pâtissons peuvent aussi se consommer bien mûrs. Leur chair dense est alors farineuse. Ils se cuisinent comme les autres courges : en velouté (à tester avec des noisettes grillées et du cerfeuil émincé), farcis, en gratin, en purée…

Multiplication du pâtisson

Multiplication du pâtisson

Les pâtissons se multiplient par semis. Vous pourrez conserver comme semences les graines des fruits récoltés à maturité mais gare à l'hybridation naturelle. En effet, si d'autres variétés de pâtisson ou d'autres courges de la même espèce (Cucurbita pepo) poussent à proximité, il peut y avoir fécondation croisée. Et les graines recueillies risquent de fournir des fruits bien différents de ceux que vous escomptiez !

La pollinisation manuelle peut alors être une solution afin de conserver les qualités de chaque variété.

Conseils écologiques

Afin que les pâtissons offrent de nombreux fruits, il est indispensable que leurs fleurs soient bien fécondées, et donc visitées par des abeilles, bien sûr, mais aussi des bourdons, des syrphes, des bombyles et autres pollinisateurs. Comment accueillir ces auxiliaires dans le jardin ? En installant le plus de fleurs attractives possible à proximité des légumes (voire entre eux) ! Pour cela :

  • Semez des aromatiques (aneth, coriandre, menthe, thym…), des fleurs (bourrache, vipérine, cosmos…) et des engrais verts : sarrasin, moutarde, féverole
  • Conservez près du potager des zones de plantes sauvages (ortie, berce, consoude…) au pied d'une haie ou sur un talus, par exemple.
  • Et, pourquoi pas, laissez fleurir des légumes comme les poireaux, les oignons ou les choux. Non seulement ces plantes sont très attractives pour les pollinisateurs et autres auxiliaires mais vous pourrez ainsi récupérer les semences de vos variétés préférées !

Le saviez-vous ? Des expérimentations semblent montrer que pour lutter contre l'oïdium des Cucurbitacées, le lait serait parfaitement efficace. Appliqué préventivement sur le feuillage après avoir été dilué à 10 % (c'est à dire en mélangeant 1 litre de lait dans 9 litres d'eau), ce produit limiterait la contamination par le « blanc ». Les acides aminés et les sels minéraux du lait renforceraient les défenses naturelles des plantes mais perturberaient aussi le métabolisme du champignon.

Un peu d’histoire…

Le pâtisson est cultivé depuis l'époque précolombienne par les peuples amérindiens de la côte est des États-Unis. De la Nouvelle-Angleterre jusqu'en Virginie, ce légume est d'ailleurs désigné par différents noms. Il se décline depuis fort longtemps en diverses variétés. Ainsi, au début du siècle dernier, Vilmorin décrit l'étonnante variété américaine 'Pine-apple Squash', « courge ananas », un pâtisson jaune dont la couronne supérieure est allongée et conique à la façon du fruit du même nom.

On estime que le pâtisson a été introduit très tôt en Europe où, comme le haricot, il fut vite adopté dans la consommation courante. En témoigne d'ailleurs la représentation précoce de ses fruits, dès 1591, dans le Plantarum Seu Stirpium Icone, fameux ouvrage du botaniste flamand, Matthias de l'Obel. Il semble que le pâtisson, communément cultivé autrefois en France, était jaune et verruqueux. Toutefois, à la fin du XIXsiècle, les catalogues des grainetiers proposaient à la vente des variétés aux fruits verts, orange, panachés, galeux…

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Produits


Liens rapides